Site web du clubContacter le ClubAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La compétition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin
La machette Meylanaise
avatar

Nombre de messages : 618
Age : 31
Humeur : Blimey !
Grade : 2e Dan

MessageSujet: La compétition   Mer 5 Déc 2012 - 18:27

Dans un peu moins de 2 mois aura lieu la compétition inter-région, ce qui sera peut-être l'occasion pour certains de s'initier à cet aspect du kendo (je vous le conseil vivement, surtout arrivé 1er ou 2ème kyu), voici donc quelques règles "pour ne pas être perdu quand un gus vient vous dire "ensoku, il caille" (©Platel).

Ce sujet n'a pas du tout pour but d'être exhaustif, pour des infos précises et complètes je vous laisse chercher les règles officielles dans votre moteur de recherche (notamment ce document). Je ne liste donc ici que les choses à savoir pour participer à une compétition sans se prendre la tête.


Règles générales :

Les compétitions se déroulent soit en individuel, là point trop de questions à se poser, sur ton prochain tu taperas ; soit en équipe, de cinq personnes généralement, ou de trois fréquemment. Attention ici, il est interdit de taper la main de son coéquipier pour qu'il vous aide ou prenne votre place dans le ring, l'ordre des combattants est défini à l'avance et remis aux arbitres de table avant le match.

La mixité des participants est précisée pour chaque compétition, très souvent c'est mixte en équipes et séparé en individuels.

Les combats se déroulent sur une aire carrée d'environ 10 mètres de côté. Le centre est indiqué par une croix, et de chaque côté du centre se trouvent les lignes indiquant la position de départ des deux combattants. Ces deux lignes sont espacées de manière à ce qu'en kamae, les pointes des shinai soient assez largement séparées.

Pour deux combattants il n'y a pas 1 ni 2 mais bien 3+3 arbitres : les trois "shinpan" sur le shiaijo sont accompagnés de trois arbitres de table. Ces derniers gèrent le temps, marquent les points sur un tableau visible à tous, et marquent les points sur papier.
Parmi les trois arbitres sur le shiaijo, il y a un arbitre principal qui donne les ordres aux combattants et annonce les points ou fautes. Ces trois arbitres ont le rôle le plus difficile, décider si ippon il y a, ce qui est décidé à la majorité, donc dès que deux arbitres lèvent le même drapeau (même si l'arbitre principal n'était pas d'accord ou n'avait pas vu) il y a ippon.
Chaque arbitre a donc un drapeau rouge et un blanc, correspondants aux fanions (le taski) dans le dos des combattants.

Un combat se joue soit en deux points gagnants ("sanbon shobu"), soit à la fin du temps réglementaire (généralement de 5 minutes, souvent 4 minutes pendant les phases de poules ou pour les femmes, mais peut être très largement réduit si le planning est serré, jusqu'à seulement 2 minutes de combats, c'est court, très court !).
C'est un temps de combat effectif, le chrono est mis en pause à chaque arrêt du combat.
En individuel en phases éliminatoires, s'il y a égalité ("hikiwake") au terme du temps réglementaire, il y a alors une prolongation ("encho") sans limite de temps, seul le premier point marqué compte.

En équipe, le match se joue au nombre de combats gagnés, en cas d'égalité, on prend en compte le nombre de ippon total. En phase éliminatoire, en cas d'égalité parfaite, se joue alors un combat décisif entre deux combattants choisis par les équipes, ce combat se déroule au premier point marqué sans limite de temps.


Déroulement d'un combat :

(Je saute les saluts par équipe.)


Les deux combattants sont face à face chacun d'un côté du shiaijo et à l'extérieur de celui-ci (évidemment des deux côtés où il y a les lignes de départ au centre et donc là où les arbitres ne sont pas ; shinai rengainés à la main gauche).

Ils font chacun un grand pas ensemble pour rentrer dans le shiaijo puis se saluent. La suite tout le monde la connait puisqu'il s'agit des débuts d'entrainement/combats habituels : chacun avance de trois grands pas (le pied droit arrive au niveau de la ligne blanche, l'arbitre peut demander à rectifier la position si un combattant s'est trop ou pas assez approché), pour dégainer en passant en position sonkyo ensemble. Comme dit plus tôt, les pointes des shinai sont alors assez largement séparées.

Jusqu'à présent, l'arbitre ne vous a normalement encore donné aucun ordre !

Ce n'est qu'une fois arrivé en sonkyo qu'il faut attendre le premier ordre : HAJIME !

À partir de là vous pouvez vous relever et vous taper dessus joyeusement.

Si les arbitres voient ippon, ils lèvent en l'air le drapeau correspondant à la couleur de celui qui a marqué, si deux ou plus ont levé, le ippon est accordé et l'arbitre principal annonce le nom de la coupe, par exemple pour un men : MEN ARI !
Les deux combattants doivent alors revenir en position de départ (en restant debout cette fois), puis attendre l'ordre suivant : NIHONME !

Si le 2ème point marqué vient de l'autre combattant, l'ordre suivant à attendre une fois en kamae sera : SHOBU ! Signifiant que si l'un ou l'autre marque, le combat se termine.

Une fois qu'un combattant a marqué deux points, les deux adversaires reviennent en kamae, l'arbitre principal annonce SHOBU ARI ! avec le drapeau levé en l'air du côté du vainqueur. Les deux combattants passent alors en sonkyo pour rengainer, font cinq pas de recul, se saluent, puis sortent du shiaijo (sans tourner le dos à l'adversaire !).

Si au terme du temps réglementaire il y a égalité (pas de ippon marqué ou un partout), en équipe, l'arbitre annonce HIKIWAKE ! et le combat se termine.
En individuel, l'arbitre annonce alors la prolongation : ENCHO HAJIME ! Le combat se jouant alors en un point sans limite de temps.




Mais ce n'est que dans le meilleur des mondes possible qu'il n'y que les ippon à prendre en compte :

Il y a plusieurs raisons à ce qu'un arbitre dise YAME !
Arrêtez alors le combat, revenez en kamae au centre, et attendez qu'il dise HAJIME ! pour reprendre.


Dans le cas d'une faute :

les arbitres lèvent le drapeau au niveau des genoux du côté de celui qui a commis la faute et l'arbitre principal dit YAME ! Une fois les deux combattants en kamae au centre, l'arbitre dit au combattant concerné : HANSOKU IKKAI ! (première faute), puis fait reprendre le combat.

Au bout de la deuxième faute d'un même combattant, l'arbitre annonce HANSOKU NIKAI !, puis lève le drapeau en l'air du côté de l'autre combattant et annonce IPPON ARI !
Vous l'aurez compris, en commettant deux fautes, vous accordez un point à l'adversaire.

Voici quelques fautes possibles les plus fréquentes :

  • sortir du shiaijo (dès qu'un pied dépasse une ligne)
  • perdre son shinai
  • toucher avec les mains le shinai ou l'armure de soi ou de son adversaire
  • non combativité (ne faire que défendre/esquiver, ne jamais essayer d'envoyer d'ippon, faire son footing autour du shiaijo...)
  • contester les arbitres (règle 1 : les arbitres ont toujours raison, règle 2 : si un arbitre à tort, se référer à la règle 1)
  • faire tomber volontairement son adversaire (croc en jambe...)
  • taper à répétition en dehors des parties valables de l'armure
  • tout ce qui manque visiblement de fair play, ou fait montre d'irrespect voire de violence (dans ce cas, ça peut même être synonyme d'exclusion immédiate de la compétition pour son équipe entière, avec donc perte de tous les combats 2-0)

Dans la plupart de ces cas, si un ippon est marqué juste avant la faute, c'est le ippon qui compte et il n'y a donc pas hansoku.
Si les deux combattants sortent, seul le premier reçoit hansoku.


Vous pouvez également demander à arrêter le combat si vous avez un problème :
il suffit de lever une main, l'arbitre principal annoncera YAME !

Attendez qu'il vous demande ce qu'il y a, ne touchez votre shinai que s'il vous l'autorise !
Vous pouvez donc demander à remettre en état (ou changer) le shinai, remettre une pièce d'armure qui se détache, ou recevoir les éventuels soins nécessaires si vous pouvez continuer. Vous disposez de cinq minutes pour reprendre le combat, au delà, vous êtes considéré forfait et votre adversaire gagne le combat 2-0 (même si vous aviez marqué).
Si vous arrêtez de manière abusive le combat vous pouvez vous voir remettre un hansoku.
Si vous êtes blessé et ne pouvez pas continuer, ou si vous ne pouvez pas remplacer votre shinai ou un éventuel himo "coupé" (gaffe à Sylvain), vous êtes donc forfait et votre adversaire gagne le combat 2-0 (même si vous aviez marqué).


Une annonce d'arbitre relativement fréquente que peu de monde connait :
Lorsque les deux combattants restent trop longtemps en "tsuba zeriai" (au corp à corp, poings contre poings) sans rien tenter, l'arbitre lève les drapeaux devant lui à l'horizontal et annonce WAKARE !
Il n'y a pas besoin de s'arrêter ! Il suffit de revenir en chudan, kensen contre kensen, l'arbitre baissera les drapeaux et annoncera HAJIME ! (là j'ai un doute... ils ne disent pas toujours hajime, donc si l'arbitre ne fait que baisser les drapeaux, allez-y, au pire il dira YAME, mieux vaut être trop combatif que pas assez et se prendre un ippon bêtement !)



Quelques règles et conseils en vrac :


  • Toutes les règles habituelles du reigi ("l'étiquette") sont d'actualité en compétition.
  • Il est interdit de donner des conseils à un combattant pendant le combat, seuls sont acceptés les encouragements dans le respect des combattants, le plus neutre et "sobre" possible. On évite donc les champs de supporters de la baballe, et on se contente de "ALLEZ MACHIN !".
  • Lors du combat des capitaines (le dernier combattant de l'équipe), tous les membres des deux équipes assistent au combat en seiza.
  • Il n'est pas interdit de chercher à marquer ippon sur un adversaire en train de chuter, voire même au sol si les arbitres n'ont pas encore arrêté le combat (ça n'arrive jamais, on est d'accord, mais c'est toujours à savoir...).



  • Si vous ne voyez qu'un seul arbitre lever un drapeau et que vous ne pensez pas avoir entendu l'arbitre principal annoncer un ippon, continuez ! S'il y avait bien ippon, il dira YAME, vous ne pouvez pas être sanctionné pour être trop concentré dans votre combat.
  • Soyez toujours dans le combat, ce n'est pas parce que l'adversaire se permet de baisser largement sa garde qu'il est interdit de l'attaquer (ça peut souvent rejoindre le point ci-dessus...).
  • Le combat "commence" lorsque vous êtes face à votre adversaire en dehors du shiaijo, si vous attendez HAJIME pour réveiller votre esprit, votre esprit et votre esprit (et vos muscles, si vous ne vous êtes pas échauffés et êtes passé par le sauna avant, spéciale kasdédi à un sensei), vous êtes mouru d'avance.
  • En position sonkyo, ne reposez pas vos fesses sur les talons, ayez les cuisses toujours tendues pour pouvoir vous relever immédiatement au HAJIME, le combat commence à cet ordre, si vous mettez trop longtemps à vous relever vous risquez de vous prendre un ippon si l'autre était prêt.
  • AOU ! AOU ! AOU !


Si vous avez des choses à rajouter ou des questions, j'éditerai. Je reviendrai notamment sur les règles concernant le matériel, poids du shinai tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémi Blanc

avatar

Nombre de messages : 240
Age : 39
Localisation : Grenoble
Grade : 3e Dan

MessageSujet: Re: La compétition   Mer 5 Déc 2012 - 22:57

Citation :
là j'ai un doute... ils ne disent pas toujours hajime

Dans le document officiel du CNK que j'ai du potasser pour l'examen du BFHEK, il est écrit à l'article 29.4 :
Citation :

Dans le cas où le Tsuba zeriai se stabiliserait l'arbitre central annonce "Wakare" en étendant les drapeaux devant lui. Les combattants se séparent, l'arbitre central annonce "hajime" en abaissant les drapeaux pour signifier la reprise du combat

Si il y a des juristes pointilleux qui veulent discuter de l'apparente contradiction de cet article 29.4 avec le 26 juste avant, je me ferais un plaisir de leur montrer comment tout s'éclaire en remettant les articles dans leurs contextes respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie
Chocopredator
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 37
Grade : 1er Kyu

MessageSujet: Re: La compétition   Mer 5 Déc 2012 - 23:35

J'espère y aller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin
La machette Meylanaise
avatar

Nombre de messages : 618
Age : 31
Humeur : Blimey !
Grade : 2e Dan

MessageSujet: Re: La compétition   Mer 5 Déc 2012 - 23:55

Rémi Blanc a écrit:
Si il y a des juristes pointilleux qui veulent discuter de l'apparente contradiction de cet article 29.4 avec le 26 juste avant, je me ferais un plaisir de leur montrer comment tout s'éclaire en remettant les articles dans leurs contextes respectifs.
Les deux disent de faire reprendre le combat direct, il y en a juste un qui précise qu'il faut dire hajime ce qui pourrait être sous-entendu dans l'autre, c'est pas spécialement contradictoire.

Par contre quand je dis que j'ai un doute, c'est qu'en pratique ce n'est pas toujours le cas. Bon surtout, en pratique, quand les combattants entendent WAKARE, ils s'arrêtent et regardent l'arbitre avec des yeux de merlans fris, du coup ce dernier doit dire YAME et les deux reviennent au centre Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La compétition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma première compétition :-) (long)
» Flèche pour débuter la compétition.
» Compétition et Main Moite =s
» Don de sang et compétition?
» Allumage "compétition"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La voie du Sabre : Forum du club de Kendo de Meylan :: Le Kendo :: Questions - Réponses sur le Kendo-
Sauter vers: